CAN 2022: Gabon-Burkina, un choc d’outsiders

0
464

Après deux jours de repos, la CAN 2022 reprend ce dimanche 23 janvier à Limbé avec le premier huitième de finale entre le Burkina et le Gabon (17h TU).

C’est sans doute l’un des huitièmes de finale les plus équilibrés du tableau dans cette CAN. Mais il n’est pas sûr qu’on aurait utilisé le même qualificatif il y a peine trois semaines entre deux équipes qui avaient une trajectoire diamétralement opposée. Pendant que les Burkinabè bouclaient en effet leurs éliminatoires du Mondial sur un encourageant 2-2 face à l’Algérie et enchaînaient deux matches convaincants face à la Mauritanie (0-0) et le… Gabon (3-0), les Panthères donnaient l’impression d’être en perdition.

Les hommes de Patrice Neveu, corrigés donc par le Burkina au début du mois de janvier, parasitaient leur préparation avec une grève pour des histoires de primes. Avant de voir deux de leurs tauliers, Mario Lemina et Pierre-Emerick Aubameyang touchés par le Covid.

Depuis le début de la CAN, les dynamiques ne sont plus les mêmes pourtant entre Étalons et Panthères. Le Burkina a entamé sa Coupe d’Afrique par  un revers (1-2) en match d’ouverture face au Cameroun porté par tout un peuple, et a juste assuré l’essentiel face au Cap-Vert (1-0 ) et l’Éthiopie (1-1) pour se qualifier.

En face, le Gabon, à qui l’enfer était promis dans un groupe où il y avait le Maroc et le Ghana, à bien tiré son épingle du jeu. Mais après avoir dompté les novices comoriens (1-0), les hommes de Patrice Neveu ont brillamment tenu en échec les Black stars (1-1) et les Lions de l’Atlas (2-2).

Ce n’est donc plus la même histoire et le sélectionneur burkinabé en est bien conscient. « C’est vrai que nous avons battu le Gabon en amical, mais le contexte a changé, l’adversaire est de taille. Cette victoire en amical pourrait nous amener dans un certain confort, mais elle n’est pas représentative. Nous allons faire un match sérieux et on jouera pour la gagne ».

Le sélectionneur des Étalons qui enregistre zéro cas de Covid pour la première fois dans cette CAN, a tout intérêt à se méfier d’une équipe du Gabon qui a l’air d’avoir grandi dans l’adversité au cours de cette compétition. L’histoire des primes, et les départs de Mario Lemina et Pierre-Emerick Aubameyang aurait pu faire exploser la tanière. Ces « événements » ont eu le don de souder les joueurs et de révéler des talents qui, jusque-là, évoluaient dans l’ombre de la star d’Arsenal, à l’image d’Aaron Boupendza et Jim Allevinah (trois buts à eux deux)

La dynamique pencherait ainsi plus vers les Gabonais qui ne veulent pas s’arrêter en si bon chemin après avoir fait le plus dur.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here