UE : L’UE et la société paramilitaire privée russe Wagner

0
58

L’Union européenne a sanctionné dernièrement le groupe de mercenaires russe Wagner ainsi que 8 personnes et 3 entités qui lui sont affiliées.

Les Européens accusent cette société d’avoir « recruté, formé et envoyé des agents militaires privés dans des zones de conflit du monde entier afin d’alimenter les violences, de piller les ressources naturelles et d’intimider les civils, en violation du droit international, notamment des droits de l’homme ».

L’UE explique que les personnes ciblées par ses sanctions sont impliquées dans de « graves violations des droits de l’homme, y compris des actes de torture et des exécutions et assassinats extrajudiciaires, sommaires ou arbitraires, ou dans des activités de déstabilisation dans certains des pays où le groupe opère, notamment en Libye, en Syrie, en Ukraine (Donbass) et en République centrafricaine ». « Le groupe exerce également son influence malveillante ailleurs, notamment dans la région du Sahel », poursuit le communiqué. L’objectif des Européens est donc clair : il s’agit de limiter les activités du groupe Wagner, soupçonné – malgré les dénégations de Moscou – d’être le bras armé du Kremlin à l’étranger. Ces sanctions peuvent-elles vraiment permettre à l’UE de barrer la route à Wagner ? Et quelles sont ses limites ?

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here