GABON : 16 chefs d’établissement suspendus de leur fonction pour 5 ans

0
87
C’est au total seize chefs d’établissement qui ont été suspendus par le Ministre en charge de l’Education nationale changé de la Formation civique

A seulement quelques jours des examens du Baccalauréat, une liste noire de « opération coup de poing » sans précédent vient effrayer les consciences. Le ministre de l’Éducation nationale, chargé de la Formation civique a rendu public, le vendredi 7 août dernier, plusieurs sanctions dans le milieu éducatif sur l’ensemble du territoire national. Parmi celles-ci figurent, dans une liste portée en annexe, seize (16) noms des différents chefs d’établissement, de toutes les provinces, suspendus pour une durée de cinq (5) ans.

Par JE

A en croire notre confrère Gabon news, la principale cause des sanctions des plus lourdes sont tombées sur les têtes de certains chefs d’établissements secondaires du pays. Ainsi, chez certains chefs d’établissement, des opérations d’inscriptions en classe supérieure sur la base de relevé du Bac des années antérieures effectuées ont été constatées.

Patrick Mouguiama Daouda, Ministre en charge de l’Enseignement supérieur, de la Recherche scientifique, du Transfert des technologies, de l’Education nationale changé de la Formation civique, reconduit depuis peu à la tête dudit ministère dans le nouveau gouvernement de Rose Christiane Ossouka Raponda, ne cesse de faire parler de lui. En fin de semaine dernière, il a clairement sanctionné plusieurs chefs d’établissement d’enseignement général, du publique au privé (laïc, confessionnel et reconnu d’utilité publique), 《pour avoir procédé à des inscriptions non conformes à la réglementation en vigueur》, pour certains. C’est sans doute dans l’optique de redorer l’image du milieu éducatif gabonais qui avait, jusqu’à ce jour, perdu la sérénité et devenait le carrefour de《passe-money》, que le Ministre de l’Education nationale s’est vu 《taper le poing sur la table》. C’est seize (16) chefs d’établissement qu’il a sanctionné, parmi son lot de sanctions.

Ces chefs d’établissement, provenant des neuf provinces du pays, sont suspendus pour une durée de cinq ans, conformément à l’article 2 de la DÉCISION n°000004/MESRSTTENFC. Leurs noms ont fait l’objet d’une liste portée en annexe après décisions et remis à la disposition du Secrétariat Général. Lesquels il y a :

 BOUCALT Désiré : Proviseur sortant / LPEE
 SOUALA Herman : Proviseur en fonction / LPEE
MASSOUNGA Charlaine : Cenceur 2 Pédagogie / LPEE
ASSAME ETOUGHE Aloise : Proviseur en fonction / JBOE
NKOU MBA Crépin : Proviseur en fonction / LGM
BELLA AYI Jeannine Epse PYSSAME : Proviseur en fonction / Lycée de Bikélé
ESSANGONE ADANG Maxime : Proviseur en fonction / Lycée Nkogue Mve
MBA MOTO Jean Baptiste : Proviseur en fonction / Lycée JHAE
NGUEMA OWONE Fortuné : Proviseur en fonction / LPIG
NGAKAGA Léopold : Proviseur en fonction / LANLM
NTAME ENGOUANG Sylvie Nancy : Proviseur en fonction / Lycée Diba-Diba
NYANGONE NKA Benjamin : Lycée Montalier
NYINGONE ASSOKO Leatitia : Proviseur en fonction / Lycée Mikolongo
MFOUME MFOUME Placide : Proviseur en fonction / Lycée Georges Aubin Moudjekou
ETOUGHE MBA Jean Pierre : Proviseur en fonction / Lycée Charles Mefane
MOUKAGNI Jean Christian : Proviseur en fonction / Lycée Nazaire Boulingui
ONDO METOULOU Andoche : Proviseur en fonction / Lycée Etienne Koumba Nziengui
MBINA Jean de Dieu : Proviseur en fonction / Lycée Jean Baptiste Moandat
MOUKAGA Maurice : Proviseur en fonction / Lycée Bac Aviation
OKOUE NDOUTOUMOU Firmin : Proviseur en fonction / Lycée de l’excellence Oyem
ENEME NGUEMA Thierry : Proviseur en fonction / Lycée Richard NGUEMA Vénale
EMANE NDOUME Simplice Morgan : Proviseur en fonction / Lycée Gouteyron
AVOUME MBA Julie : Proviseur en fonction / Lycée Simon Oyono Aba
LIBEDI Serge Roland : Proviseur en fonction / Lycée Lubin Martial N.O Ntoum

C’est au total seize chefs d’établissement qui ont été suspendus par le Ministre en charge de l’Education nationale changé de la Formation civique. Un balayage sans précédent dans le milieu éducatif ! Cette opération, dite « opération coup de poing », a permis au ministère de l’Education de déboucher, sur le démantèlement, des maillons d’une chaîne jusqu’à ce jour bien installé au sein des établissements d’enseignement du pays. En dehors de cette décision de sanctions sur les chefs d’établissement en existent également plusieurs autres, sanctionnant les enseignants, les personnels administratifs et les élèves incriminés (dont certains ont été rétrogradés).

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here