Ministère des Solidarités Nationales : La ministre Prisca Koho, épouse Nlend dans l’œil du Cyclone

0
87

Pour cause mitigée de la distribution des kits et bons alimentaires dans le Grand Libreville en cette période de la crise sanitaire de la Covid-19, l’autorité ministérielle devrait répondre de sa responsabilité sous peu devant la Commission d’enquête mise en place par l’Assemblée Nationale.

Par JE

Apporter de l’aide alimentaire aux couches sociales les plus défavorisées est une décision salutaire du Chef de l’Etat, Ali Bongo Ondimba après avoir décrété l’Etat d’urgence sanitaire du à la pandémie de la Covid-19. L’objectif du président de la République était d’atteindre  particulièrement près  de 60 mille familles qui habitent le Grand Libreville qui constitue les villes de Libreville, Owendo, Akanda et Ntoum.

Une opération qui se déroule  dans un contexte particulièrement difficile au regard de la grogne sociale naissante depuis la mise en place du confinement total et partiel du « Grand Libreville ». L’aide alimentaire, il faut le rappeler, est  l’une des mesures d’accompagnement phare annoncées par le président de la République, Ali Bongo Ondimba à l’occasion de son discours du 3 avril 2020.

Au regard de l’évolution de cette opération, le bilan à mi-parcours semble négatif. Vu que la moitié des familles ciblées n’ont pas bénéficié cette aide alimentaire. Une décision présidentielle  qui a été récupérée par des politiciens et des maires d’arrondissements « véreux ». Confondant une campagne politique et la lutte contre la pandémie au Gabon. Et ce, malgré la volonté du gouvernement de vouloir bien faire.

Après plusieurs jours de balbutiements liés entre autres aux questions de logistique nécessitant quelques ajustements, la mesure d’accompagnement sociale relative à la banque alimentaire matérialisée par la distribution des kits alimentaires et des bons d’achat n’a pas atteint son rythme de croisière. Quelques groupuscules d’individus mis à cette tâche ont rendu l’opération caduque. Malgré l’implication personnelle  au début de cette opération  de la ministre des Solidarités nationales Prisca Koho épouse Nlend.

L’on compte au bout des doigts quelques familles défavorisées de certains quartiers du Grand Libreville qui ont bénéficié des kits ou bons alimentaires. Le plus grand nombre est finalement aux oubliettes.   Pour se dédouaner « de leur amateurisme et du comportement antipatriotique », le chargé en communication de dudit ministère, Tony Engouma fait sortir des inepties tout indiquant que la distribution décidée par la coordination dans une volonté d’adapter le don aux besoins de chaque famille. «  La stratégie a privilégié le mode de distribution simultané en alternant Kit et Bon d’achat selon la situation du foyer ou du chef de famille. Ce mode, plus pratique, semble répondre aux attentes des bénéficiaires » a-t-il  précisé au d’un point de presse quotidien. Que du flop !

Faisant le bilan à mi-parcours des activités de la Banque alimentaire, la coordination des suivis des activités sous la supervision rigoureuse de la ministre des Solidarités nationales Prisca Koho épouse Nlend a informé de ce que   plus de 5 mille kits et bons alimentaires ont été distribué lors de la première phase de cette opération dont 60 mille familles défavorisées doivent bénéficier cette aide. Il reste même à savoir si la seconde phase de ladite opération aura même lieu. Mais, il n’en demeure pas moins de mentionner que la Commission d’enquête permettrait à cette franche de la population l’aisée de connaitre la vérité sur la gestion de cette crise sociale.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here