Flambée des prix des denrées alimentaires en ce temps de la Covid-19 : Sous l’œil impuissant de la DGCC

0
179

En dépit des multiples contrôles de la Direction générale de la Concurrence et de la consommation(DGCC) sur le respect des prix des produits sur les étals par les opérateurs économiques   en cette période de la pandémie de la Covid-19 une hausse exponentielle, voire inexplicable des prix gagne le pays tout entier, entretenue aussi bien par les grossistes que par les détaillants. Le tout, sous l’œil impuissant de la direction générale de la concurrence et de la consommation.

Tar’E

La direction générale de la concurrence et de la consommation(DGCC) avait pris le taureau par les cornes dès l’arrivée du coronavirus au Gabon en initiant tant à Libreville qu’à l’intérieur du pays des contrôles des prix des dans alimentaires auprès des opérateurs économiques. Au moment où nous mettions sous presse, cette opération a tout simplement accouché rien la souris. Et ce, au regard de la menace d’une brutale flambée des prix que tout le monde redoutait au début de l’actuelle crise sanitaire semble commencer à prendre forme à Libreville et à l’intérieur du pays.

En l’absence de tout contrôle strict, la pandémie est devenue un terreau fertile où tous les commerçants (grossistes comme détaillants) font de la surenchère sur quasiment l’ensemble des produits de première nécessité ou pas, sous prétexte de pénuries ou de difficultés d’approvisionnement. Le tout, au nez et à la barbe de la direction générale de la concurrence et de la consommation, et au grand dam des populations, impuissantes face à ce nouveau diktat du marché.

Résultat : tomates, oignons, piment, pomme de terres, packs d’eau… et même les cigarettes ont augmenté de 30, voire 50 %, aussi bien dans les superettes que dans les grandes surfaces commerciales. La direction générale de la concurrence et de la consommation (DGCC) avait pourtant multiplié les descentes sur le terrain dès la mise en œuvre des mesures barrières, dont le confinement de la population du Grand Libreville, pour éviter une montée des prix. Aujourd’hui, cette action montre toutes ses limites.

Au niveau du transport, c’est un véritable casse-tête chinois. Le retour des taxis, après la levée de l’interdiction de circuler, s’est immédiatement accompagné d’une hausse du prix en fonction du trajet et selon les humeurs de ces chauffeurs.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here