Crise sanitaire dans le secteur de l’enseignement privé : Entre espoir et désillusion

0
93

Si les établissements publics peuvent prétendre bien se coucher sur leurs lauriers, les établissements scolaires du secteur privé ne peuvent pas en dire de même. A bien y regarder, les établissements scolaires du secteur privé sont les plus touchés par la crise, d’où les difficultés dont ils font légion depuis le confinement total jusqu’à ce jour.

Depuis que les cours ont été gelés, le monde éducatif connait des difficultés, les établissements scolaires du secteur privé sont les plus touchés par la fièvre du Covid 19. En effet, après que la fièvre du Covid 19 a envoyé leurs employés en chômages techniques sans mesure d’accompagnement, du fait de la suspension de paiement des frais d’écolage. Lesdits établissement vivent une fièvre financière qui ne dit pas son nom, du fait de la suspension des frais d’écolage par des parents d’élèves, une situation qui a mis à sec leurs caisses.

Voilà la fièvre du Covid 19 qui vient les rattraper, un établissement normal qui se respecte ne devrait-il pas fonctionner avec un compte ou une caisse ? Bien sûr que oui les établissements devraient fonctionner avec une caisse interne qu’en cas de besoin comme en ce moment on y puise. Ce sont les parents d’élevés qui endossent ce problème aujourd’hui, car les chefs des dits établissements demandent aux parents d’élèves de payer les frais d’écolage quand on sait que les apprenants sont à la maison depuis deux mois déjà, toute chose qui a du mal à passer dans les oreilles des parents d’élèves qui n’en voient pas la nécessité. Les établissements et entreprises privés ont par conséquent du mal à gérer les recommandations du gouvernement qui avait annoncé dernièrement que les travailleurs du secteur privé dont les activités seraient touchées par le confinement devraient recevoir entre 50% et 70% de leur salaire mensuel brut exceptés ceux ayants un salaire allant de 80 à 150.000f, pour cette catégorie leurs salaires devraient être maintenus intégralement.

 

Par ailleurs, depuis la fermeture des établissements, beaucoup de parents sont inquiets et s’interrogent sur l’éventuelle reprise des cours ou non. De ce fait s’il s’avérait que les enseignants reprennent les cours, le risque est très grand que ces derniers survolent les programmes justes pour valider l’année. Par conséquent, il faudrait limiter les dégâts en prenant un répétiteur. Sur cette question les avis divergent si pour d’aucuns ils n’y voient nullement l’intérêt parce que ce serait un investissement gratuit parce que pour eux c’est une année déjà perdue, pour d’autres un répétiteur serait le bienvenu comme l’a spécifié dame Henriette ,parente d’élève : « Prendre un répétiteur pour l’enfant en cette période de Covid 19 est une très bonne chose parce que les enfants en ce moment sont refroidis académiquement et à  force de rester à la maison petit à petit ils perdent des notions .Ces cours de répétitions vont leur permettre de se remettre à niveau et combler leurs lacunes .Mais je comprends aussi certains parents qui n’en voient pas la nécessité ,ils n’ont pas espoir d’une éventuelle  reprise des cours .Mais nous nous on a encore l’espoir surtout pour les classes d’examen qu’ils vont achever leur année . »

 

Beverly Obono

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here