CND: Le président Ndao et ses pairs confisquent les bavettes de leurs militants

0
172

Il y a quelques mois, le gouvernement avait remis les bavettes de protection de la Covid-19 au  CND. Lesquelles bavettes que le président Séraphin Ndao Rembomgo avait distribué à tous les leaders des partis politiques membres de cette institution qu’il dirige. Mais jusqu’à ce jour, aucune bavette n’est distribuée à leurs  militants.

Tar’E

La politique d’Autriche ne pourra finir au Gabon. Et surtout un environnement où l’on reconnaît l’idéologie du militantisme qu’en période électorale. Plusieurs des Gabonais pensaient qu’en cette période de la pandémie de la Covid-19, les leaders des partis politiques tout bord confondu devraient s’armer de courage de protéger leurs militants. Encore que ce sont ces militants qui font d’eux des roitelets. Mais, malheureusement, les sympathisants membres des différentes formations politiques sont abandonnés à eux-mêmes. Un triste sort qui a été réservé aux militants et  qui fait  couler beaucoup d’encres et de salives dans  les différents les coins du Gabon.

Du Parti démocratique gabonais(PDG), en passant par Les Démocrates, aucun parti politique n’a eu souvenance à offrir des bavettes de protection à leurs militants.  Le gouvernement que dirige Julien Nkoghe Bekale a-t-il mal fait d’impliquer le CND à la lutte contre le coronavirus au Gabon? Si oui, la remise du matériel de santé devrait se faire au personnel de santé.

Un exercice inopportun pour le CND
 

Une distribution du matériel de santé aux partis politiques  a été  un exercice que d’aucuns ont jugé inopportune  en cette période de Covid-19  et à laquelle s’est adonnée avec un certain enthousiasme maître Séraphin Ndaot Rembouge, du reste président de Conseil national de la démocratie (CND). Une démarche inopportune qui fait insidieusement le lit à l’arbitraire à l’heure où le contexte de crise sanitaire a contraint le gouvernement à la déclaration non seulement de l’État d’urgence.  Mais aussi, du confinement total au confinement partiel. Un contexte dans lequel priorité devait être donnée au personnel de santé qui au front contre ce mal invisible, crie chaque jour, à en perdre la voix, se plaignant des difficultés auxquelles ils sont confrontés dans l’exercice de leurs missions en raison du manque de matériel que le ministre de la Santé, Max Limoukou s’est donné allègrement la liberté de distribuer aux partis politiques, au nom de la politique politicienne.

En effet, depuis le début de cette crise sanitaire mondiale qui menace tous les équilibres de la planète entière, les médecins au premier plan, sont les membres de la société qui inspirent respect de par leur sens du devoir qui intègre nécessairement dévotion et sacrifice dans ce contre la montre qu’ils ont démarré depuis le 12 mars 2020, date à laquelle le premier cas de patient testés positifs au Coronavirus Covid-19 a été déclaré en République gabonaise. D’où la sage décision du Chef de l’Etat, Ali Bongo, au cours sa dernière allocution à la Nation, a décidé de donner une prime particulière dit ’’Covi-19’’ à tout le personnel soignant.

Une situation qui a poussé tous les gouvernements, du moins les plus consciencieux à faire du personnel de santé la priorité absolue en le mettant dans les meilleurs conditions pour combattre ce mal qui a mis à l’arrêt plusieurs pays et dont la continuité du confinement partiel au Gabon, dépend nécessairement de l’issue de leur combat.

De sources concordantes,   le président du Conseil National de la Démocratie (CND) Séraphin Ndaot Rembogo avait reçu du ministre de la Santé Max Limoukou du matériel médical en grande quantité destiné, curieusement, aux  78 partis politiques. Il s’agissait    de masques (76 000), de thermo flashs (157) et de gels hydro alcooliques (880). Chaque formation politique a bénéficié de 950 masques, 2 thermo flashs et 11 gels hydro alcooliques. Où est donc passé tout ce matériel ?  

Au regard du caractère insolite de l’initiative de Max Limoukou, ministre de la Santé, il convient de nous poser les questions suivantes. Le personnel de santé est-il suffisamment équipé pour nous permettre de distribuer pour des mobiles qu’on ignore du matériel de santé aux partis politiques ? Max Limoukou peut-il aujourd’hui affirmer  devant les Gabonais et par ricochet les médecins et infirmiers qu’ils disposent de suffisamment de matériel pour mener à bien leurs missions ?

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here