Département du Komo-Océan : Le préfet Sébastien Obame Ogoula en tournée de sensibilisation et d’information

0
80
Les chefs de villages et canton écoutant les instructions de leur hôte

Cette première mission administrative  selon l’autorité préfectorale  vise à édifier aux auxiliaires de commandement  les procédures administratives liées au  respect de la hiérarchie.

Par : Juslin Engongha

C’est sa première sortie officielle depuis sa prise de fonction le 5 septembre 2019 en qualité de préfet du département du Komo-Océan. Le dépositaire de l’autorité administrative dans cette partie de la province de l’Estuaire effectue depuis le 25 janvier dernier une tourné dite de sensibilisation et d’information auprès des chefs de villages, de regroupements de village et du canton du département du Komo-Océan.  Cette tournée administrative est aussi l’occasion pour le préfet Sébastien Obame Ogoula d’expliquer aux auxiliaires de commandement les rapports à entreprendre auprès des politiques. « Il peut avoir des séances de travail entre les politiques de tout bord et les auxiliaires de commandement à condition que celles qui rentrent dans le cadre du développement de leur localité respective. Il  en est de leurs droits de recevoir tout homme politique, notamment une rencontre qui cadre dans le droit fil du développement de notre département. En revanche, il est exempté toutes procédures politiques politiciennes » a martelé, le préfet……

Outre cette mission pédagogique, le préfet profite de cette tournée, la première du genre, à la remise des documents administratifs, notamment les carnets monographiques aux différents chefs de la contrée. Lesquels carnets qui leur permettent  dès lors de recenser les populations résidentes dans leurs villages. « Le carnet monographique permet aux chefs de recenser aussi bien les nationaux que les expatriés qui vivent dans leur circonscription administrative(…) pour des raisons de sécurité, il est  hors de question d’héberger dans les villages les étrangers  en situation irrégulière » a martelé le représentant du Chef de l’Etat dans le Komo-Océan.

Ajouter à ces documents, une partie du décret 724 qui leur servira  de ’’bréviaire’’ non seulement dans la chaine de commandement. Mais aussi dans l’exercice de leurs fonctions. Non sans ignorer que l’autorité départementale a également remis des drapeaux à ses représentants.

Dans sa mission d’information et de sensibilisation, l’autorité administrative a fait savoir à ses administrés que « les auxiliaires de commandement doivent savoir  qu’ils font partie des huit(8) chaînes de commandement, en tête desquels, le président de la République, l’ambassadeur, le préfet, le sous-préfet, le chef de canton, le chef de regroupement et enfin, le chef du village ». Ce sont ces huit chaînes de commandement qui constituent les maillons d’un Etat, a-t-il ajouté.

Des populations en proie de nombreuses difficultés socioéconomiques

Partout où le préfet est passé, les populations ont présenté les sempiternels problèmes auxquels elles sont confrontées au quotidien. Il s’agit entre autres, les pachydermes, des espèces  protégés du parc de Pongara qui dévastent leurs plantations. Aussi, le manque d’électricité et d’eau potable, le manque de moyens de locomotion, le manque de structure sanitaire ou militaire, la route impraticable en toute saison, absence de structure administrative,  le matériel roulant très vieillissant qui sert de transport maritime entre les gauche et droite,  etc. Bref, le département demeure aux oubliettes.

   Même son de cloche avec la préfecture

Depuis sa prise de fonction le 5 septembre 2019, l’autorité préfectorale n’a toujours pas de véhicule de fonction pour sillonner les 18 villages qui sont placés sous sa juridiction compétente. Dans ses difficultés de fonctionnement, le mini hors-bord qui sert de transport entre Libreville et la rive  gauche pour ses missions officielles n’est plus fiable. Au point que les frais de la mission actuelle sont à la charge de l’autorité.   La liste de ces soubresauts  n’est pas exhaustive. Voici un tableau sobre auquel est inscrit le département du Komo-Océan et les populations qui y vivent.

A travers ce climat de morosité, le  préfet, dit-il, ne cesse de lancer en vain aux cadres politico-administratifs  un cri de détresse à leur implication  au processus du rayonnement et du développement de leur  coin. En clair, ils ne répondent pas à ces appels. Seuls, selon le préfet, quelques deux ou trois opérateurs économiques qui contribuent à ces doléances.

Pour palier à ces quelques difficultés d’ordre social et économique, le préfet prévoit, selon lui,  de « mettre en place des terroirs dans les villages avoisinants le parc de Pongara. Lesquels  qui permettront aux villageois de mener leurs activités agricoles, de pêche et de chasse (petite) ». Rappelons que cette mission du préfet dans son juron administratif a débuté le 25 janvier  dernier et prendra fin le 29 février de l’année en cours. Pendant un mois, la visite de l’autorité permettra de recueillir les doléances de ses administrés et les transmettre aux plus hautes autorités de la République afin de résoudre sous peu, toutes ces  difficultés auxquelles ces derniers sont confrontés.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here