Gabon : La Sogatra n’est-elle pas devenue un cartel ?

0
58
*** Local Caption *** Si rien n'est fait par les autoritŽs, les bus de la Sogatra seront garŽs et les populations seront les vŽritables victimes.

Si l’opération Scorpion se veut plus sérieuse, les regards du président de la République devraient d’ores et déjà se tourner  vers la gestion de  la Société gabonaise des transports(Sogatra).

Par JE

La Sogatra n’est-elle pas devenue un cartel ? Cette question vaut son pesant d’or. Ce, d’autant plus que la seule société paraétatique de transport terrestre au Gabon semble un consortium d’un poignet d’individus eu égard de son fonctionnement peu orthodoxe du moment. Comme tout le monde le sait, la Sogatra détient aujourd’hui un parc automobile d’une quinzaine de bus. Ce qui signifie que les recettes quotidiennes ne peuvent pas couvrir toutes les charges. D’où l’allocation annuelle des fonds par l’Etat pour son fonctionnement optimal. Mais aussi au paiement mensuel du personnel.

Selon nos sources, les décaissements de la manne financière de la Sogatra se feraient de nos jours par l’actuel directeur général(DG) pour disent-elles, acheter des véhicules de service au détriment de ses parents et lieu et place de ses collaborateurs qui empruntent les taxis pour servir l’entreprise. En plus, les mêmes sources indiquent que le DG a recruté des agents qui ont des salaires mensuels pour la plupart à 2 millions de francs l’individu. Refusant de travailler avec les responsables nommés en conseil des ministres. Pour qui il se dit intouchable du fait d’être proche du premier ministre Julien Nkoghe Bekale.’’Rien ne me va faire’’ a coutume de clamer le DG de la Sogatra. C’est donc dans cette optique que le DG et le PCA, tous deux proches du PM ont voulu organiser un nébuleux conseil d’administration pour brouiller les pistes de détournements en faisant valider les comptes fantômes. Heureusement que la hiérarchie de tutelle a vite compris la manigance pour stopper les ardeurs de cette équipe complètement sclérosée.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here