Affaire BGFIBANK S.A- Maitre Alfred Bongo : La part de vérité de Me Raymond Obame Sima

0
89

Au cours  d’une conférence de presse qu’il a animée le 11 avril, l’avocat du groupe bancaire BGFI BANK S.A, Maître Raymond Obame Sima  a éclairé l’opinion sur le litige qui oppose cet établissement bancaire panafricain et Maître Alfred Bongo, notaire.

Par Johanna Asseko

Après plusieurs cabales médiatiques du Maître Alfred Bongo, notaire et titulaire en charge sur une  information selon laquelle la BGFIBANK GABON S.A aurait fait disparaitre sans justification crédible la somme d’un milliard cinq cent millions (1.500.000.000) francs CFA du prétendu compte séquestre ouvert dans les livres de ladite banque, la direction générale de cet établissement bancaire panafricain a décidé de rompre son silence. Pour elle, il était question de livrer non pas sa version des faits, mais la vérité de ce dossier.

Sur ce litige et selon l’avocat de la banque, Maître Raymond Obame Sima, il s’agit pour la banque ,en premier lieu ,d’expliquer à l’opinion publique que le silence et la retenue qu’elle observe depuis le début de ce litige dont elle est victime relève non pas d’un aveu de culpabilité ,mais de la hauteur qu’elle a voulu prendre face à un notaire ,son client ,qui a manifestement commis dans le suivi de son dossier ,une faute professionnelle et déontologique . Lequel homme  de droit  qui a animé une conférence de presse pour la circonstance le 11 avril en cours et qui a d’ailleurs mentionné que « lorsqu’on dépense sans compter et sans faire la différence entre ses fonds propre et ceux de ses clients, il est presque toujours évident qu’on sera toujours surpris par ses propres excès ». Et d’ajouter que  « nul ne peut se prévaloir de sa propre turpitude ».

En procédant comme il l’a fait, indique l’Avocat, Me Alfred Bongo a commis une faute élémentaire mais d’une particulière gravité qu’il ne peut imputer qu’à sa propre légèreté. La même source a fait savoir aux hommes des médias que la BGFI BANK Gabon S.A se réjouit déjà de l’annonce qu’il a faite de déposer plainte contre elle devant le juge d’instruction pour faire la lumière sur cette question.

En conclusion, le membre du barreau des avocats du Gabon a estimé que «  la banque a suffisamment éclairé l’opinion publique sur ce dossier. Elle rajoute qu’elle aurait pu être encore plus précise en mettant à la disposition de toutes les pièces et documents relatifs aux mouvements bancaires litigieux. Sur ce, le président de la banque n’a pas souhaité en arriver là ».

Toutefois , la BGFIBANK GABON S.A avertit cependant qu’a la toute prochaine sortie diffamatoire de Maitre Alfred Bongo ,elle n’aura plus la même retenue qu’ exige son statut professionnel et à privilégier les procédures judiciaires , intellectuellement plus convenables, qu’il a déjà initiées. Et renouvelle sa confiance à la justice gabonaise et se dit prête à défendre ses droits et son honneur conformément à la loi.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here