Julien Nkoghe Bekale :’’ L’heure des réformes a sonné’’

0
192

Au cours d’un déjeuner de presse qu’il a offert aux hommes des médias locaux et internationaux, le Chef du gouvernement a réaffirmé son engagement de mettre en œuvrer des nouvelles réformes et de sa politique générale qu’il avait dernièrement présentée aux députés de la 13è législature.

Par Juslin Engongha

Pour la première fois depuis sa nomination à la tête du gouvernement, le premier ministre Julien Nkoghe Bekale a devisé ce lundi 8 avril avec la presse au cours d’un déjeuner qu’il offert aux hommes des médias pour faire non seulement  des échanges sur sa déclaration de politique générale qu’il avait présentée aux députés axée sur la bonne gouvernance dans tous les secteurs, mais aussi sur l’actualité brûlante du moment liée aux nouvelles conditions d’études et de l’octroi à la bourse universitaire. Ceci pour les élèves des ordres d’enseignement public  des classes de terminales âgés de 19 ans et pas plus  et dont la moyenne aux différents examens de baccalauréat est supérieure ou égale 12/20. Des décisions prises au dernier conseil des ministres qui font couler d’ancres et salives. Lesquelles des Gabonais pour la plupart jugent impopulaires.

Dans le souci de mieux éclairer  l’opinion nationale sur toutes ces nouvelles politiques impulsées par le Chef de l’Etat, le premier ministre, Julien Nkoghe Bekale qui était entouré des membres du gouvernement des secteurs concernés à savoir, Michel Menga M’Essone en charge de l’Education nationale, Jean De Dieu Moukagni Iwangou de l’Enseignement supérieur et de Madeleine Berre de la Fonction publique ont tous édifiés aux  journalistes le bien fondé les décisions prises par le gouvernement.

Pour le Julien Nkoghe Bekale « le gouvernement qu’il dirige continue la mise en œuvre des réformes entamées par ses prédécesseurs et la traduction en acte concret des axes de son action politique validés par les élus de la Chambre basse du parlement. Lesquels qui concernes le dialogue politique, le social, l’habitat, l’éducation, la santé…… et chercher l’excellence dans le système éducatif gabonais ». Ce n’est pas tout. Le Chef du gouvernement a également ajouté que « ces mesures visent assainir les finances publiques et dont l’Etat serait asphyxié par la conjoncture économique du moment ».

De leur côté, tout en se dédouanant des nouvelles conditions d’études  et d’attribution de la bourse universitaire aux nouveaux bacheliers âgés de 19ans et dont la note est de 12/20, Michel Menga et Jean De Dieu Moukagni, respectivement ministres d’Etat en charge de l’Education nationale et de l’Enseignement supérieur ont signifié que « les décisions d’octroi de la bourse scolaire et sa limite d’âge ont été prises par les partenaires sociaux affiliés dans ces deux secteurs lors des états généraux de l’éducation de 2010(..) Et que le gouvernement n’a fait que les adopter au dernier conseil des ministres sur la base des textes en vigueur ». En se référant des statistiques de 2016 à 2018, le ministre de l’Enseignement supérieur a réaffirmé que « le Bac est possible au Gabon à l’âge de moins 19 ans ».

En dernière position, sur le gel des recrutements et la réduction des agents de la main d’œuvre, la ministre de la Fonction publique, Madeleine Berre a indiqué que « cette décision permettra au gouvernement d’avoir un fichier viable des agents de l’Etat et un personnel performant qui est prompt à booster l’économie du pays ». Un recensement biométrique de tous les agents de l’Etat va s’opérer sous peu sur toute l’étendue du territoire national. Malgré les protestations de toutes ces réformes, force reste à la loi pour un pays qui veut se devélopper.

 

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here