Le CIL 2019 : Comme si vous y étiez !

0
511
Uncas tragique de violence en milieu scolaire

Des enseignants chercheurs de l’Institut supérieur de technologie(IST) de Libreville, initiateurs du Colloque international de Libreville(CIL) et  membres du Laboratoire de recherche en sciences de l’informatique et de gestion(LARSIG), mettent des bouchés-doubles avec leurs partenaires, notamment des médias pour la réussite de la 6è édition du CIL qui aura lieu du 27 au 29 mars prochain. Quid sur le CIL ?

Par Juslin Engongha

Le Gabon s’apprête à accueillir un évènement inédit sous peu. Il s’agit d’un colloque international de Libreville(CIL), le 6è du genre après celui organisé l’an dernier dont le thème s’articulait autour des « innovations et digitalisation des organisations : défis et perspectives pour l’Afrique ».  A quelques jours  du coup d’envoi des travaux du 6è colloque international de Libreville(CIL),  des enseignants chercheurs de l’Institut supérieur de technologie(IST) de Libreville, membres du Laboratoire de recherche en sciences de l’informatique et de gestion(LARSIG), initiateurs  et partenaires mettent des bouchés-doubles pour la réussite de cet évènement. Une seconde  réunion conjointe entre organisateurs et partenaires notamment des responsables des médias locaux s’est tenue  dans les locaux de l’IST ce jeudi 14 mars 2019. Objectif : permettre à chacune des parties de jouer sa partition avant, pendant et après le colloque. Des rencontres fructueuses des professionnels des medias et des scientifiques.

A noter que le CIL, cette plateforme d’échanges entre scientifiques du continent et d’ailleurs est donc pour eux  l’occasion de jeter  des « regards croisés sur le développement en Afrique ». Cette année, la 6è édition du CIL se tient à Libreville du 27 au 29 du mois en cours sous le thème : « la violence : réalités d’une question au sein des organisations ». Pour ses organisateurs, le phénomène de violence, une question transversale, a atteint des proportions très inquiétantes dans des diverses sociétés et organisations gabonaises. D’où la nécessité pour des chercheurs d’en discuter afin de trouver des solutions palliatives qui peuvent concourir à l’éradication de  ce fléau. Lequel  qui ne cesse de déstabiliser de nombreux  foyers.  Et ce, « au travers des échanges entre chercheurs, praticiens et institutionnels, le CIL 2019 ambitionne d’offrir un plateau fécond qui permettra de sonder le phénomène de la violence et son impact sur la performance des organisations publiques et privées », autour de six  principaux thèmes aussi variés que divers dans leur fond et sur toutes leurs formes. Tels qu’ils l’ont indiqué ses initiateurs.

Institué depuis 2014 par le Laboratoire de recherche en sciences de l’information et de gestion(LARSIG),  le CIL se tient chaque année à la fin du mois de mars. Comme de tradition, plusieurs invités de marque sont attendus dans la capitale gabonaise. Il s’agit des universitaires Burkinabè, Camerounais, Congolais de la RDC, Marocains, Sénégalais, Tchadiens, Tunisiens et Gabonais, hôtes de la rencontre. Non sans omettre ceux qui proviendront du Canada et de la France.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here