Décès d’Hermann Tsinga : Comme une continuité et non une fin

0
324
*** Local Caption *** Le jeune Herman Tsingui, le milieu de terrain de FC Akanda au cours du match comptant pour le 2e journŽe du championnat national de premire division de football face ˆ Missile FC au stade de l'INJES.

 Il y a à peine dix saisons sportives que le Gabon ne cesse de perdre ses footballeurs en plein championnat national de première division(D1). Après l’attaquant Brou Apanga, sociétaire de FC 105 en 2017, le tour est revenu au joueur de FC Akanda Herman Tsinga. Lequel est décédé le 2 mars dernier en pleine compétition pour le compte de la saison 2018- 2019. 

Par Tar’Engongha

Le championnat d’élite de football du Gabon a de nouveau fait une victime le week-end écoulé lors de la seconde journée du National Foot 1. Occasion pour la rédaction de Gabon Medium de faire une rétrospective sur ces joueurs qui ont trouvé la mort sur un terrain de football autour du championnat de première division de football ces 10 dernières années. Et jeter un regard introspectif sur les (ir) responsabilités qui incombe tous les acteurs du football gabonais. Lesquels, jusqu’à ce jour, n’arrivent pas à solutionner cette équation à mille inconnues.

Le ministère en charge des Sports a pour mission de mettre en exécution des politiques publiques dans le domaine des sports. Mais, la question est de savoir si les différents responsables des entités sportives servent ou se servent de ces politiques pour le bien de la nation ? C’est du football. Selon les observateurs de la vie du sport-roi national, les conditions de vie et de travail des footballeurs qui jouent  tant en équipes nationales que dans les deux championnats (D1&D2) ne sont pas saines. A en croire le nombre de décès enregistrés de 2007 jusqu’à ce jour.

Pour preuve, le samedi après-midi dernier, le monde du football gabonais a perdu un jeune joueur, Hermann Tsinga (30 ans), évoluant à Akanda FC. Ainsi, si l’on a pu noter dans ce drame, une défaillance certaine du staff médical de la compétition, ce type tragédie semble avoir élu domicile dans le championnat national gabonais. Outre Hermann Tsinga, on ne dénombre pas moins de 6 autres footballeurs décédé sur un terrain de football entre 2007 et 2019.

Parmi les victimes du football et des manquements probables dans l’encadrement médical des joueurs, on peut citer le cas de Cédric Nono, mort à 27 ans le 1er février 2007. Ce latéral gauche de Mangasport, a succombé à une crise cardiaque alors qu’il achevait une séance d’entraînement avec son équipe. Outre Nono, Guy Tchingoma du club des militaires du FC 105 le suivra un an plus tard. Le 9 février 2008, ce milieu international trouvera la mort sur la pelouse du stade Augustin Monedan de Sibang de Libreville.

A ces deux joueurs, il faudrait ajouter le cas de Théo-Eric Ntoutoume, défenseur central de Sogéa FC qui trépassera le 20 janvier 2009 au cours là aussi, d’un entraînement de préparation de la 8e journée du National-Foot 1. Suivra 5 ans plus tard, le décès de Sylvain Azougoui, gardien de but de l’AC Bongoville, victime d’un coup à la tête au stade de Bongoville. Il décède ainsi le 20 avril 2014 peu après son transfert au centre hospitalier régional de Franceville.

Encore plus proche de nous, les décès de Wilfried Loundou le 28 octobre 2016 et celui de Moïse Brou Apanga le 26 avril 2017. Loundou de l’AS Dikaki et âgé de seulement 23 ans, trouvera la mort après une séance d’entraînement. Tout comme celle de Brou Apanga du FC 105, qui surviendra à la suite d’une séance d’entraînement avec son club. Des morts tous occasionnés par notre football national et le suivi médical des joueurs qui fait visiblement grandement défaut.

Qui sera encore le prochain de cette longue chaîne de la mort ? That’s a question !

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here