Médiature de la République : Emmanuel Issoze Ngondet, nouveau président

0
408
La question qui revient déjà avec acuité est celle de savoir si les dispositions réglementaires y relatives autorisent aux élus d’occuper ce poste ?

 L’annonce a été faite par le secrétaire général de la Présidence de la République Jean Yves Teal tard ce 11 janvier 2018. Le désormais ancien Premier ministre remplace donc à ce poste la très effacée Laure Olga Gondjout.

Par Tar’Engongha

Il faut dire que cette nomination est intervenue en même temps que celle du nouveau Premier ministre Julien Nkoghe Bekale. Loin de cette décision supposée présidentielle, la question qui revient déjà avec acuité est celle de savoir si les dispositions réglementaires y relatives autorisent aux élus d’occuper ce poste ? Cette question vaut son pesant d’or. Ce, d’autant plus que depuis la mise en place de la médiature de la République, l’on n’a jamais vu un élu diriger cette institution « virtuelle » de la République.  Emmanuel Issoze Ngondet est l’élu député du 1er arrondissement de la commune de Makokou dans la province de l’Ogooué-Ivindo. Sa nomination répond-il aux critères de Médiateur de la République ?

Même s’il est membre permanent du PDG, d’autres questions coulent d’ancres et de salives. Celles de savoir si Emmanuel Issoze Ngondet acceptera d’occuper la tête de cette institution qui semble être une coquille vide. Il faut d’ailleurs rappeler que ce dernier a été très bien élu avec 89,57% des suffrages dans le premier arrondissement du chef lieu de la province de l’Ogooué-Ivindo.

Créée après la Conférence nationale de 1990, la Médiature de la République a pour mission principale de contribuer à l’établissement de l’État de droit, de la démocratie et de la bonne gouvernance administrative et politique. Le médiateur de la République se doit, en d’autres termes, de rechercher la paix sociale. C’est une autorité administrative indépendante chargée d’améliorer, par son action, les relations des citoyens avec l’administration. Elle intervient dans les litiges pour proposer des solutions à l’Etat.

Il faut noter que son fonctionnement n’a jamais été efficient, certaines sources estimant même que celle-ci ne disposait pas de locaux ni même de moyens pour assurer ses missions. La nomination d’Emmanuel Issoze Ngondet au sein de cette institution sonne presque une fin de parcours politique pour celui qui avait occupé le poste de chef de gouvernement depuis le 28 septembre 2016.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here