Gabon : l’Assemblée nationale en pleine effervescence

0
556
Les autorités qui voulaient accéder à l’Assemble nationale pour une réunion de travail préparatoire des travaux de l’élection très prochaine du bureau de cette institution constitutionnelle n’ont pas accès.

Les agents du syndicat du personnel de l’Assemblée nationale(Sypna) en grève illimitée  ont barricadé ce lundi 31 décembre 2019 le portail central dudit siège du palais Léon Mba aux autorités qui volaient y accéder une réunion préparatoire des travaux de l’élection du bureau de cette institution prévue pour le 11 janvier 2019.

Les agents de la Chambre basse du parlement gabonais réuni au sein du syndicat du personnel de l’Assemblée nationale(Sypan) observent certes un mouvement de grève illimitée depuis quelques jours. Ce lundi 31 décembre 2018 était une journée fatidique. Les syndicalistes sont passés à la vitesse V. Ces derniers ont barricadé le portail central de l’Assemblée. Les autorités qui voulaient  accéder à l’Assemble nationale pour une réunion de travail  préparatoire des travaux de l’élection très prochaine du bureau de cette institution constitutionnelle n’ont pas accès.

Tous les véhicules y afférents étaient garés à l’esplanade de l’entrée du palais Léon Mba. Une situation qui inquiète plus d’un à quelques jours de la mise en place du bureau de l’Assemblée. De ce fait, Eddy Mbadinga Bouroubou, président du Sypan évoque plusieurs points de revendication. « Nous revendiquons nos primes d’astreintes qui sont déjà à six mois d’impayés. Aussi, nous n’avons pas organisé l’arbre de Noël comme cela est de tradition chez nous. On nous exige le pointage alors que nous ne travaillons presque pas ».

Ce n’est pas. Le porte-parole du Sypna ajoute que « madame la présidente du Sénat nous a maintes fois reçu pour l’exprimer  nos préoccupations puisque c’est telle qui assure l’intérim de l’Assemblée nationale après sa dissolution par la Cour constitutionnelle. Cette dernière fait preuve de pragmatisme. Mais c’est le ministre d’Etat en charge du budget Joël Otandault qui ne se répond jamais  à ses invitations pour solutionner nos points de revendications. C’est pour cela que nous avons jugé utile de fermer la grande barrière de l’Assemblée nationale pour empêcher à ces hôtes de présider leur réunion préparatoire de l’installation du bureau de l’Assemblée nationale ». Et conclu enfin que « nous lâcherons rien tant que nos points de revendications ne sont pas entièrement satisfaits ».

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here