Après la cessation des activités du gouvernement : Issoze et son équipe assurent les affaires courantes

0
180
Mais, une question se pose : à qui le natif de Makokou va remettre sa lettre de démission ? Au président de la République convalescent au Maroc ? Au vice-président de la République ? Ou encore à la présidente de la Cour constitutionnelle ?

Par Juslin Engongha

Après sa suppression dans sa phase II par la Cour constitutionnelle en même temps que les activités des députés de la 12è législature au mois de février 2018, la mission principale du gouvernement d’Emmanuel Issoze Ngondet III était d’organiser les élections locales et législatives. Au terme de cette messe électorale, il était de notoriété à la Cour constitutionnelle de se prononcer sur la cessation des activités du gouvernement actuel. Malgré cette cessation, Emmanuel Issoze Ngondet et ses membres pour l’instant assurent des affaires courantes. Et ce, conformément à la loi en la matière. Ainsi, a précisé la Mère des lois, l’équipe gouvernementale actuelle va rendre officiellement son tablier le 11 janvier 2019.

Date à laquelle les députés vont élire le nouveau président de l’Assemblée nationale et ses adjoints. Mais, une question se pose : à qui le natif de Makokou va remettre sa lettre de démission ? Au président de la République convalescent au Maroc ? Au vice-président de la République ? Ou encore à la présidente de la Cour constitutionnelle ?

Cette question vaut son pesant d’or. D’autant plus que le président Ali Bongo est encore convalescent à Rabat au Maroc. Et qu’aucune loi ne prévoit la remise de la lettre de démission du premier ministre au vice-président de la République. Encore moins à la Haute Cour. A ce niveau, Marie Madeleine Mbourantsouo et ses neuf membres de la Cour constitutionnelle vont-ils créer une nouvelle loi ? Ou encore, les membres de la Haute juridiction vont-ils ajouter un nouvel alinéa à une loi pour combler, disent-ils, le vide juridique en la matière ? Comme cela a été le cas il y a quelques mois où la Cour a ordonné au vice-président de la République, Pierre Claver Maganga Moussavou de diriger un conseil des ministres sur présentation de l’ordre du jour du premier ministre sortant. En tout cas, l’avenir nous le dira.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here