Centenaire de la première guerre mondiale : L’Afrique noire pas oubliée

0
172

Il se tient plusieurs réunions et conférences de part le monde pour célébrer le centenaire de l’armistice. Les causes et les conséquences sont discutées dans ces différentes tribunes sans oublier la récompense et le sors des soldats africains appelés Tirailleurs Sénégalais.

Par Guy Ngoye

La ville de Rennes à été mouvementée suite aux différentes célébrations de la fin de la Première guerre mondiale, débutée en 1914 par un conflit des territoires entre les Etats Européens, elle s’est étendue en Asie et même en Afrique.

La fin de cette grande guerre qui a causé plus de 18600000 morts civils et militaires confondus a été déclarée le 11 novembre 1918 par un accord signé entre les deux pionniers de cette guerre la France et l’Allemagne avec leurs alliées. L’armistice a totalisée donc 100ans, Emmanuel Macron et A NGELLA Meckel ,  ont renouvelé les relations franco-allemande au service de l’Europe et de la paix  Devant un parterre de plusieurs chef d’Etat et chef des gouvernements dont le chef d’Etat Malien IBRAHIM BOUBACAR KEITA dit IBK , invité d’honneur de cette cérémonie.

Le chef d’Etat Malien a félicité le président français pour la reconstruction de ce monument de 4m érigé en 1924 baptisé monument aux héros de l’armée noirs. Cette œuvre fut détruite en 1940 par les soldats NAZIS d’HITLER.

Rappelons que plus de 200000 soldats africains subsahariens ont été recrutés pour combattre au non de la France, ils combattaient dans les tranchées et les galeries, dans les froids à coté de leurs collègues français. Ces tirailleurs sénégalais, ils étaient appelés ainsi parce qu’ils furent rassemblés tous à DAKAR avant de rejoindre les champs de bataille en France.

“Ils sont venu ici versé leur sang sous la neige de vos contrées” ; a souligné le président Malien.

“Ce monument est plus qu’un symbole, c’est une lutte, la mémoire refait enfin surface” a-t-il ajouté .Enfin la mémoire de plus de 30000soldats africains décédé dans cette guerre est repensée ; il revient donc aux autorités françaises de réaliser la promesse qui leur a été faite celle d’avoir les mêmes droits et avantages que leur compagnon d’armes français.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here