Logements sociaux : Cité 3D de Port-Gentil : comme un cimetière !

0
486
A quand la fin des travaux de ces logements ?

Débuté en 2012 et abandonné en 2014, le chantier des 1000 logements de la Cité 3 dorades (3D) à Port-Gentil, dans la zone de Ntchengué, a connu un regain d’intérêt en 2016 sous la houlette de Bruno Ben Moubamba, alors ministre de l’Habitat. Depuis son départ du gouvernement en septembre 2017, le chantier n’a plus jamais été évoqué.

Bona Mas

En 2016, le gouvernement avait suscité l’espoir des populations à travers le ministre de l’Habitat de l’époque, Bruno Ben Moubamba. Déterminé à «installer les populations dans un cadre conforme à la dignité humaine et dans le respect des lois», il s’affairait comme un beau diable à la reprise de ce chantier.

Un engagement qui avait conduit l’ancien ministre d’Etat à confier le chantier en décembre 2016, initialement attribué la Société nationale immobilière (SNI), au Fonds gabonais d’investissements stratégiques (FGIS).

L’immense lotissement de Cité 3D s’étend sur 800 000 m² et compte 827 villas, dont près de 300 déjà construites et 10 immeubles de trois étages abritant 140 appartements. Près de 26 milliards de francs avaient déjà été investis sur ce chantier débuté en 2012, et abandonné en 2014 faute de financement. Sur place, le chantier est totalement à l’abandon : des centaines de logements inachevés, les restes de matériels de construction livrés aux intempéries… Bref, un «véritable cimetière».

En septembre 2017, Bruno Ben Moubamba a été débarqué du gouvernement. Depuis, le chantier n’a plus jamais été évoqué aussi bien par le gouvernement que par le FGIS. Dans la cité pétrolière, beaucoup ont d’ailleurs en aversion le stade Michel Essongué, situé à un jet de pierre de ce chantier.

Pour beaucoup, l’infrastructure construite pour abriter les matchs de la Coupe d’Afrique des nations (Can) 2017, symbolise l’échec des logements sociaux de Ntchengué.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here