Education : Intégration d’un programme de santé sexuel dans le système éducatif.

0
504
Rentrée scolaire au Gabon
Rentrée scolaire au Gabon

Un atelier s’est tenu le mercredi 24 octobre 2018 dernier au ministère de l’éducation nationale. L’objectif pour les participants venus de divers secteurs était d’évoquer de manière générale comment ajuster un nouveau programme lié à la santé sexuelle, ajouté aux enseignements déjà dispensés.

 Par Johanna Assecko.

Les experts du secteur de l’éducation et partenaires sociaux, représentants de plusieurs organismes internationaux dont le Fond des Nations Unies pour la population (UNFPA)  dont le second objectif  était la validation du projet d’arrêté sur l’éducation à la santé  sexuelle et la reproduction (ESSER) et de l’exposé des motifs pour la révision de la loi n 21 /2011 du 14 Février 2012 portant orientation générale de l’éducation de la formation et de la recherche .

Afin de pallier aux maux qui minent le système éducatif notamment : les viols, des grossesses précoces qui détériorent leur santé ; des comportements de violence comme la consommation de stupéfiant tel que le crémadole (kobolo), plusieurs intervenants ont dû apporter leurs pierres à l’édifice avec beaucoup d’enthousiasme par différentes interventions. C’était le cas du   chef de département des sciences de la vie et de la terre (SVT) à l’inspection générale des services du ministère de l’éducation nationale, madame Clarisse Anguezome Nguema et le docteur Patricia Kéba de la santé.

Lesquelles expertes  qui ont  contribué et apporté une aide dans le cadre de la révision  de la loi sur l’éducation .Plus précisément  pour que cette loi prenne en compte les questions de santé sexuelle et reproductive chez les adolescents. Il a été aussi question  au cours de cet atelier  de proposer un  cadre juridique pour que  ce nouveau programme  soit assis dans l’enseignement.

Un changement qui aujourd’hui va à sa seconde phase, après la première ayant consisté à voir comment les questions de santé sexuelle et reproductive pouvaient être intégrées dans le programme de l’enseignement du pré-primaire, primaire et du secondaire. Ce qui pourra permettre aux jeunes d’atteindre les objectifs que les parents se sont fixés pour eux à savoir : la réussite d’une année scolaire.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here