CGE : Quand Bibalou dicte sa loi !

0
162
Moïse Bibalou Koumba
Moïse Bibalou Koumba

La prise de décision unilatérale, la publication des ‘’faux résultats’’ des dernières élections législatives et locales – sont autant de récriminations faites au président du Centre gabonais des élections (CGE), Moïse Bibalou Koumba, par les commissaires de l’opposition.

 Rien ne va plus entre le président du Centre gabonais des élections (CGE) et les commissaires de l’opposition. Sinon, la sérénité existait dans ce temple politique avant le coup d’envoi des élections couplées législatives et locales du 6 octobre dernier. Mais, depuis la période électorale, la tension monte d’un cran.

Selon nos sources, les commissaires de l’opposition reprochent au président du CGE de prendre des décisions de façon unilatérale, sans tenir compte des résolutions de l’Assemblée plénière et du bureau national. Deux instances qui constituent cette institution constitutionnelle.

« Le président du CGE n’associe aucun membre de l’opposition lors de la prise des décisions. Ces membres sont surpris d’entendre la proclamation des résultats du premier tour des législatives par voix des médias sans tenir compte des procès verbaux issus des différentes commissions provinciales. Avec des faux résultats qu’il a récemment proclamés, les leaders de l’opposition vont saisir la Cour constitutionnelle », nous a confié une source digne de foi.

Ce n’est pas tout. Le président du CGE est également pointé du doigt sur le changement inopiné des présidents des commissions dans certaines circonscriptions politiques. Lesquels présidents qui ont prêté serment devant la Cour constitutionnelle et nommés en conseil des ministres. Contrairement à ceux-là qui seraient affectés par Bibalou et dont la haute juridiction n’a donné aucun quitus juridique.

« Monsieur Bibalou remplace des présidents des commissions qui ont prêté serment et ont été nommés par décret en lieu et place des présidents par des  présidents nommés par le président Bibalou », ajoute la même source. C’est le cas, à en croire notre source, de la commission électorale du 5è arrondissement de Libreville où Guy Roger Nzamba a remplacé le président Aristide Manfoumbi, qui avait été nommé en conseil des ministres avant de prêter serment.

Idem pour Kingston Kiki qui a été relevé de ses fonctions de président de la commission électorale du 2è arrondissement de la capitale au profit d’un certain Gildas. Même cas de figure dans le 2è arrondissement d’Oyem. Le président de la commission de cet arrondissement, Amaïka Koumba, a également été remplacé.

Par Juslin Engongha

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here