Gabon : Le temps des réformes dans l’enseignement technique et professionnel

0
269
Les élèves gabonais
Les élèves gabonais

Les responsables de l’enseignement technique et professionnel se sont  donné rendez-vous toute la première quinzaine du mois de septembre au Cap Esterias.

Objectif ? Débattre sur les problèmes qui minent la formation technique et professionnelle dans notre pays.

Plusieurs propositions ont été faites pour booster les jeunes à emprunter ces filières avec à la longue la possibilité de s’insérer facilement dans l’univers professionnel et surtout d’être préparé à se prendre en charge, par l’auto-emploi.

Le premier constat fait est que la plupart d’élèves veulent faire l’université n’ayant pas de soutien familial parfois encore moins des capacités intellectuelles pouvant leur permettre d’achever les études universitaires.

Toute chose qui justifie l’échec de plus ou moins 80% d’étudiants inscrits en 1ère année au sein de nos universités. Que faire de tous ces jeunes qui ont la volonté d’apprendre mais parfois s’arrêtent à mi-chemin ou se découragent pour des raisons diverses ?

C’est la principale question à laquelle il fallait répondre dans le cadre de cette réflexion qui a mobilisé  les acteurs du secteur dans l’hinterland de Libreville.

Plusieurs pistes et propositions allant dans le sens de promouvoir la formation technique et professionnelle ont été esquissées par les participants à ce séminaire.

Parmi elles, il y a notamment l’exigence pour l’Etat d’allouer plus de bourses aux étudiants qui optent pour la formation technique et professionnelle, le soutien des entreprises vis-à-vis des écoles techniques pour la formation des jeunes dans les activités à caractère professionnel telles que : la soudure, la chaudronnerie, l’ajustage, la menuiserie…Sans oublier le volet qui consiste à prendre en compte la problématique de l’inadéquation formation-emploi en ciblant sur la demande des entreprises.

Notons que ces reformes profondes dans l’enseignement technique et professionnel se feront d’une manière progressive et les résultats seront observés au bout de l’effort et de la volonté de tout un chacun (parents, élèves, enseignants…)

« Nous devons tous nous y impliquer lorsque les mesures seront prises concernant cette reforme dans notre pays pour réduire le chômage de nos enfants », a souligné le Directeur General de l’Enseignement Technique et professionnel.

Par GUY Edeya

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here