Cnamgs : Les Woleuntemois au rythme d’une campagne d’immatriculation de masse

0
307
Immatriculation des gabonais dans le Woleu-Ntem
Immatriculation des gabonais dans le Woleu-Ntem

La province du Woleu-Ntem a vibré, depuis environ deux semaines, au rythme de la caravane d’immatriculation des populations économiquement faibles au fichier de la CNAMGS.

Tout a débuté par la ville phare d’Oyem,  le 10 septembre dernier avant de se déployer à Mitzic le 11 et Bitam le 12 septembre derniers.

La caravane qui est prévue s’étendre dans d’autres localités du pays  notamment dans l’Ogooué–Ivindo et l’Estuaire, dans les prochains jours, a connu un franc succès dans le grand nord au regard de l’engouement manifesté par les populations qui ont massivement effectué le déplacement.

La cérémonie de lancement qui s’est tenue en présence des agents de cette administration, des autorités gouvernementales et locales a été présidée par  le directeur général de la Cnamgs, Renaud ALLOGO, qui a tenu à être personnellement sur le terrain.

D’après des agents proches de cette administration, l’opération de masse devrait s’étendre durant 3 mois dans les zones les plus reculées de la province avant d’aller voir ailleurs.

Pour le directeur général de la Cnamgs, « Le combat que nous menons, nous le gagnerons ensemble…», a-t-il déclaré avant d’exhorter les compatriotes de cette partie du pays à se faire assurer, car il en va de leur survie médicalement  parlant.

Conformément aux instructions des plus hautes autorités du pays, l’accès aux soins de santé en faveur du plus grand nombre est une priorité du gouvernement.

Notons que, depuis la reprise de cette opération d’immatriculation de masse par la Gnamgs, l’enveloppe à payer par l’Etat auprès des  structures hospitalières publiques que privées connait une augmentation exponentielle.

Ce qui, par le temps de crise financière et économique qui sévit ne constitue pas moins un grand sacrifice de la part des pouvoirs publics. De quoi susciter les interrogations de certains compatriotes qui se  demandent si ce n’est pas une augmentation de trop sur le plan des ressources !

Pour sa part, par la voie de la direction générale, la CNAMGS rassure que les populations n’ont rien à craindre. Si, le gouvernement a eu à initier les mesures d’austérité récemment prises, ce n’est rien d’autre que pour permettre  à l’Etat de réaliser les  économies nécessaires  de nature à élargir le champ de sa politique sociale au bénéfice des couches de la population vulnérable dont les malades, les vieillards, les veuves, les jeunes filles mères ainsi que les orphelins.

Par Armel Ditombi

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here